Vang Vieng : débauches et autres coquetteries 

Lorsque j’ai pris le mini van jusqu’à Vang Vieng, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. J’avais été informée un nombre incalculable de fois que c’était un repère de fêtards, de jeunes débauchés alcooliques et que si je n’aimais pas faire la fête, je n’aimerai pas cette ville. 

  Est ce que j’aime faire la fête ? Oui, de temps en temps, avec les bonnes personnes. De toute façon, une chose était sûre : le décor serait inévitablement à couper le souffle, comme tout ce que je découvre du Laos depuis que je suis arrivée. 

Retour sur l’historique de Vang Vieng : cette charmante ville recèle de trésors naturels divers et variés, lovée au bord de la Nam Song (rivière Song), entourée d’un patchwork de rizières vert vif et de falaises en toile de fond, elle offre aux voyageurs un havre de paix, en apparences… Jusqu’en 1999, Vang Vieng était une ville paisible où les visiteurs prenaient plaisir à descendre la rivière en chambre à air, tout en admirant le paysage, ou encore à escalader les plus belles montagnes tout en visitant des caves absolument somptueuses. Mais très rapidement, la nouvelle s’est répandue : Vang Vieng était devenue le nouvel eldorado de la fiesta d’Asie du sud est, telle Koh Phan Gan en Thaïlande. Elle est célèbre pour ces 20 bars longeant la rivière où tout à chacun s’arrête pour s’adonner aux plaisirs de la drogue et de l’alcool. C’est simple : tu monte sur une chambre à air, tu descends la rivière en t’arrêtant toutes les 10 minutes pour finir ivre mort à l’arrivée. Ivre, ou mort. Puisqu’en 2011 on dénombrait 25 jeunes touristes morts en raison de : noyades, crises cardiaques, chocs thermiques ou encore traumatisme crânien contre rochers, et je comprends pourquoi. C’est en 2012 que le gouvernement, se rendant sur place, fut choqué par la condition de débauche de la ville. Il fit fermer la majorité des bars, Vang Vieng retrouvant ainsi, une once de tranquillité. Mais qu’on se le dise, l’ambiance de rave party est toujours présente : 3 bars oui, mais ca ne veut en aucun cas dire que les voyageurs boiront moins, seulement que les chiffre d’affaires des 3 bars augmenteront considérablement. 
  

Le programme était tout vu : passer notre dimanche au tubing pour fêter l’anniversaire de Ruth. 

Lorsque je suis arrivée, le programme était de partir en moto visiter les alentours, notamment le blue lagoon et les caves. Mais, encore une fois, ce fut sans compter la soirée de la veille. 
  
Le premier jour, je me suis armée de mon appareil photo pour découvrir la ville (le village) et gagner quelques repères. Et devinez qui j’ai même rencontré sur mon chemin ? Oui oui vous avez bien deviné ! J’ai fini en bord de rivière à jouer aux cartes avec d’autres jeunes voyageurs. Ceux là même qui me parlaient de LA soirée à venir le soir même : une fête en pleine jungle. 

Quelques heures plus tard, je riais à gorge déployée après l’heure de boissons gratuites dans tous les bars et quelques ballons de gaz hilarants inhalés… La soirée fut finie après cette fameuse fête en pleine jungle accompagnée de mes copines Ruth & Valerie ainsi que d’autres, à me laisser entraîner dans un limbo enflammé… La soirée se concluant par  des crêpes achetées et mangées sur la route ainsi que du poulet acheté et donné ensuite à une petite 4 pattes trainant près de moi.

Je ne le savais pas encore mais ma journée suivante serait avortée de toutes ambitions : le réveil avec gueule de bois fut ma destinée, nous avons donc traîner notre « hangover » jusqu’à la rivière tout en jouant aux cartes et ingurgitant beaucoup de coca cola Laotien.

C’est là que Mandy & Manu nous ont retrouvées et nous sommes allées dîner avec elles.

Le lendemain, dimanche donc, il fallait célébrer l’anniversaire de Ruth dignement sans vraiment avoir le coeur (ou l’estomac plutôt) a picoler sous la chaleur écrasante d’un mois de novembre en Asie. 

  
Nous nous sommes donc retrouvées dans un projet X asiatique en bord de rivière, ou tout était prétexte à picoler, les jeux de patates chaudes (ballons d’eau plutôt que patate) a 30, basket ball sous les jets d’eaux, combat de boxe au dessus d’un bassin d’eau ou encore surf sur une planche de bois à contre courant de la rivière. J’y ai même retrouvé Zaheen !

  
3 bars, 3 arrêts, beaucoup de musique et beaucoup d’alcoolisés, le décor était un brin rigolo ! Nous, nous avons beaucoup ri cela dit. Mais sans boire plus que de raison pour pouvoir continuer d’apprécier le décor somptueux de cette descente en tubing, et en gardant en tête la culture laotienne qui doit être choquée de ce déferlement de touristes perdant chaque gramme de dignité qu’il leur reste au fil des heures… 
  

La descente a duré environ 4h30 en comptant nos différents arrêts, et nous nous sommes retrouvés en pleine nuit noire sur une rivière avec un courant peu clément. Je pense que nous nous souviendrons toujours de ce passage à Vang Vieng. La soirée à continué dans les bars alentours, mais sans vraiment beaucoup d’intentions puisqu’a 23h30 nous étions chacune confortablement installées dans nos lits respectifs. 

Certains voyageurs ne sont là que pour faire la fête et c’est sans doute mon côté vieux jeu qui me fera dire que je ne le comprend pas. Que siroter quelques cocktails c’est sympa mais vivre au rythme de l’alcool et autres substances illicites jusqu’à ne plus tenir debout relève franchement de la connerie mais je comprends mieux maintenant pourquoi la journée c’est une ville fantôme. Faire la fête ne faisait pas partie du programme mais cette brève interlude fut des plus agréables. Je pense que la prochaine fois, ce sera pour fêter le nouvel an car j’ai eu ma dose pour les deux prochains mois.. 

Mamie va à présent siroter un jus de fruit fraîchement préparé et quelques morceaux de mangue fraîche en admirant les montagnes…

Ps : l’autre option au Laos, c’est de s’arrêter à un restaurant en s’étalant sur les coussins au sol en regardant Friends 🙂 

Et si vous laissiez un commentaire ?